Kenya: Ancien ministre présente le vaccin contre le tétanos comme un «programme ciblé de stérilisation de masse»

Récemment, l’ancienne PM kenyane, Raila Odinga, a fait une déclaration télévisée publique concernant un vaccin contre le tétanos donné entre 2014 et 2015 à environ 500 000 femmes dont il a été confirmé qu’elles contenaient une hormone de stérilisation:

« Aujourd’hui, nous pouvons confirmer au pays que l’Église catholique avait raison. Des centaines de milliers de filles et de femmes âgées de 14 à 49 ans, issues des populations les plus dynamiques du pays, n’auront pas d’enfants, en raison de la stérilisation parrainée par l’État qui a été vendue au pays comme vaccin contre le tétanos ».

Cette histoire a commencé il y a plusieurs années grâce au travail de Christina England, journaliste de recherche, qui a été contactée par les commissions catholiques de la santé au Kenya, où un Dr Ngare lui a dit qu’elle soupçonnait le vaccin contre le tétanos d’infertilité. Après beaucoup de déni de la part des fabricants de vaccins, il a maintenant été prouvé que le vaccin en question contenait effectivement l’hormone HCG. Dr Ngare et son équipe ont reçu 6 vaccins contre le tétanos envoyés au laboratoire et ils ont été trouvés contenir tous un antigène HCG.

Ce qui est sinistre à propos de ce problème, c’est que ce vaccin particulier a été administré uniquement aux femmes âgées de 14 à 49 ans. L’âge idéal pour devenir enceinte.

Dr Ngare et quelques-uns de ses collègues ont été amenés devant les médecins du Kenya et le Conseil des dentistes et ont dû faire face à un examen minutieux de leurs réclamations avec la possibilité de révocation du permis d’exercice en tant que médecin. Ils se sont défendus avec des découvertes scientifiques (voir la preuve ici) et le conseil d’administration a été apparemment «choqué» par ce qu’ils ont entendu. Dr Ngare et d’autres personnes impliquées dans cette «dénonciation» n’ont pas été radiées, mais on leur a dit d’arrêter de parler de cela en public.

Toujours au Kenya, un autre vaccin, cette fois pour la poliomyélite, contenait également des agents de stérilisation. Il devait être administré aux enfants de moins de 5 ans. Deux des six vaccins antipoliomyélitiques testés, contenant de l’œstradiol, une hormone sexuelle féminine, et qui donnent de l’estradiol aux hommes peuvent les rendre infertiles.

Sommes-nous dans les pays du premier monde également en cours?

Cela soulève la question suivante: les vaccins que nous recevons dans d’autres pays, par exemple au Royaume-Uni ou aux États-Unis, pourraient-ils contenir des ingrédients non étiquetés comme un antigène HCG? J’ai posé cette question à Christina England et sa réponse était la suivante:

La Kenyan Catholic Doctors Association a prouvé par des tests indépendants que le vaccin antipoliomyélitique et le vaccin contre le tétanos actuellement utilisés au Kenya contiennent des hormones anti-fertilité, rendant stérile nombre de leurs citoyens.

Ayant moi-même lu leurs rapports, je me demande si les mêmes vaccins utilisés sur nos enfants contiennent également des hormones anti-fertilité. À ma connaissance, ces vaccins n’ont pas été testés au Royaume-Uni ou aux États-Unis pour déterminer s’ils sont contaminés ou non. Je crois qu’ils devraient être analysés parce que, selon mes recherches, les taux d’infertilité n’ont jamais été aussi élevés qu’ils le sont aujourd’hui.

Aucune agence indépendante en place pour enquêter sur les fabricants de vaccins
Il n’y a pas d’organisation de «chien de garde» en matière de vaccins, et si nous avions vraiment la «sécurité vaccinale», il y en aurait en place.

Fait troublant, le vaccin contre la poliomyélite en question a également été fabriqué par le Serum Institute, et vous vous souvenez peut-être d’en avoir lu dans la première partie de cet article, où il a été associé au faux vaccin contre l’hépatite en Ouganda.

Qui va demander des comptes à ces entreprises ou examiner la façon dont elles sont produites? L’Institut du sérum, par exemple, devrait faire l’objet d’une enquête pour son implication dans un scandale de «faux» vaccins et pour la production d’un vaccin contenant des ingrédients anti-fertilité.

La vérité est que personne ne sait vraiment ce qu’il y a dans un vaccin. Les étiquettes peuvent clairement mentir et si elles mentent effectivement, alors rien n’est fait sur ces mensonges.

Source : http://www.thetruthseeker.co.uk/?p=167439