La Corée du Nord s’en fout du monde avec un nouveau tir de missile balistique

La Corée du Nord continue d’ignorer les pressions et sanctions internationales en procédant ce dimanche 21 mai à un nouveau lancement de missile balistique. Déjà échaudés par le comportement erratique de Kim Jong-un, Séoul, Washington et Pékin devraient avoir de plus en plus de mal à mener une politique d`apaisement.

Le régime de Kim Jong-un poursuit ses provocations balistiques en effectuant ce dimanche son huitième tir de missile depuis le début de l’année. D’après le Comité des chefs d’état-major interarmées, l’engin, lancé à 16h59, heure de Séoul, aurait parcouru plus de 500 km. Il a été tiré vers l’est depuis Pukchang, à 60 km de la capitale Pyongyang.

Lire Aussi:  Email de Clinton: Assad doit être renversé pour protéger Israël

L’armée sud-coréenne, estime qu’il ne s’agirait pas d’un missile balistique intercontinental (ICBM). Dimanche dernier, la Corée du Nord avait déjà effectué un tir d’essai d’un engin de portée intermédiaire depuis Kusong, dans le nord-ouest du pays. Le Hwasong-12 avait traversé environ 700 km avant de s’abîmer dans la mer de l’Est, rappelle notre correspondant à Séoul, Louis Palligiano.

Bien évidemment, cette nouvelle bravade de Kim Jong-un est perçue comme une mise à l`épreuve de la nouvelle administration de Moon Jae-in, fraîchement entré en fonction le 10 mai dernier. Le président sud-coréen a immédiatement ordonné de convoquer une réunion d`urgence du Conseil de sécurité nationale (NSC).

Lire Aussi:  Corée du Nord: les Navy Seals se préparent à éliminer Kim Jong-un

Réactions

Son gouvernement a qualifié le tir de missile balistique nord-coréen d’acte imprudent, « dangereux et irresponsable ». De son côté, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a annoncé vouloir aborder ce dossier brûlant lors du prochain sommet du G7. Il a ajouté que cet essai « piétinait les efforts de la communauté internationale pour trouver une issue pacifique à ce dossier ».

Pékin n’a pas encore commenté la dernière provocation de son allié traditionnel. A Riyad, où Donald Trump effectue une visite, un responsable de la Maison Blanche a semblé minimiser le dernier tir nord-coréen. « Nous sommes au courant d’un tir par la Corée du Nord d’un missile balistique de moyenne portée. Ce système, testé pour la dernière fois en février, a une portée plus courte que les missiles tirés par la Corée du Nord lors des trois récents essais », a-t-il dit.

Lire Aussi:  Le bouclier antimissile US incapable de résister aux troupes balistiques russe

Source : rfi.fr