Venezuela : le Parlement européen reconnaît l’opposant Juan Guaido comme président «légitime»

Emboîtant le pas, notamment, aux Etats-Unis, les députés du Parlement européen ont voté une résolution reconnaissant l’opposant vénézuélien Juan Guaido «président par intérim légitime» de son pays et appelant tous les pays de l’UE à faire de même.

Le Parlement européen a reconnu ce 31 janvier l’opposant vénézuélien Juan Guaido comme «président par intérim légitime» de son pays et appelé tous les pays de l’Union européenne à faire de même, dans une résolution votée à Bruxelles.

Les eurodéputés ont également apporté leur «soutien entier à l’égard [du] programme» du président de l’Assemblée nationale et président par intérim autoproclamé, Juan Guaido, dans ce texte proposé en commun par les principaux groupes politiques et approuvé à une large majorité (439 pour, 104 contre, 88 abstentions).

Lire Aussi:  Niger : Issoufou proche de la victoire, l'opposition crie à la fraude

Ils ont appelé le chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini «et les Etats membres à adopter une position ferme et unifiée et à reconnaître Juan Guaido comme seul président par intérim légitime du pays». L’opposant pro-américain sera reconnu «jusqu’à la tenue de nouvelles élections présidentielles libres, transparentes et crédibles en vue de rétablir la démocratie», ont-ils souligné.

Les 28 avaient indiqué le 26 janvier que l’UE prendrait «de nouvelles mesures» si une élection présidentielle n’était pas convoquée «dans les prochains jours» au Venezuela. Mais ils n’avaient pas franchi le pas d’une reconnaissance collective, même conditionnelle, de Juan Guaido. Quatre pays, l’Espagne, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, l’ont cependant fait en donnant «huit jours» ce 26 janvier au président Nicolas Maduro pour convoquer des élections, faute de quoi ils reconnaîtraient Juan Guaido comme «président» du Venezuela pour qu’il organise ce scrutin.

Lire Aussi:  Le parlement européen demande une transition démocratique au Gabon

Un ultimatum auquel Nicolas Maduro a répondu en ces termes : «Nous n’acceptons les ultimatums de personne dans le monde, nous n’acceptons pas le chantage. Les élections présidentielles ont eu lieu au Venezuela et si les impérialistes veulent de nouvelles élections, qu’ils attendent 2025.» Le chef d’Etat bolivarien s’est en revanche dit favorable à des élections législatives anticipées : «Ce serait très bien d’organiser des élections législatives plus tôt, cela constituerait une très bonne forme de discussion politique, une bonne solution par le vote populaire.»

Source ; RT FRance