Le Zimbabwe accepte le paiement des frais de scolarité avec les chèvres

Les autorités de l’État zimbabwéen disent que les populations locales peuvent maintenant offrir du bétail comme des chèvres ou effectuer un travail dans les écoles pour payer les frais de scolarité des enfants.

La ministre de l’Éducation primaire, Lazarus Dokora, et la secrétaire permanente du ministère, Sylvia Utete Masango, ont déclaré au journal de presse contrôlé par l’État que cela pourrait être fait par les parents qui ne parviennent pas à recueillir des liquidités dans une économie frappée par des pénuries d’argent paralysant.

Dokora est cité par le journal disant que les écoles devraient être flexibles et veiller à ce que les personnes sans argent peuvent soit payer des frais sous forme de bétail, soit offrir leurs services aux autorités scolaires.

Lire Aussi:  «Un guerrier alien» détecté sur Mars

«En ce qui concerne le bétail, la communauté doit organiser un marché où tout le monde participe; Des autorités scolaires, du leadership local et des parents eux-mêmes pour éviter d’être dupé «.

Ses sentiments ont été évoqués par Utete Masango qui a déclaré: «En termes de valorisation, les chefs d’école seront présents pour le ministère de l’éducation primaire et secondaire et les membres du comité de développement scolaire pour les parents.Ils détermineront conjointement la valeur du bétail et pourront alors utiliser l’argent réalisé pour améliorer l’infrastructure scolaire ou aider à l’agriculture «.

Ce mouvement a mis en branle la sphère des médias sociaux avec certaines personnes affirmant que le gouvernement a paralysé toutes les opérations dans le pays, ce qui l’obligeait à proposer une idée du commerce des matières premières dans les écoles.