La Russie craint les futurs porte-avions britanniques en chantier

En 1998,  le Strategic Defence Review (SDR) de Grande-Bretagne a annoncé son intention de construire 2 porte-avions CVF.

Cette nouvelle classe de porte-avions sera constituée de deux bâtiments : l’HMS Queen Elizabeth et l’HMS Prince-of-Wales. Ils remplaceront la série actuelle de portes-avions de classe Invincible (HMS Invincible (R05), HMS Illustrious (R06) et HMS Ark Royal (R07) dont la taille modeste (22 000 tonnes) ne permet pas l’emport d’un groupe important d’avions de combat.

La série CVF (Carrier Vessel Future) est construite par BVT Surface Fleet en plusieurs blocs sur divers chantiers en Grande-Bretagne sous la direction du Aircraft Carrier Alliance réunissant Thales UK, BAE Systems et Bobcock. La commande a été signée le 2 juillet 2008  pour un montant de 3,775 milliards d’euros, le cout total du programme est estimé à 5 milliards d’euros.

Lire Aussi:  Cette arme russe est plus dangereuse que les ogives nucléaires, selon Foreign Policy

Malgré sa masse, ne possédant pas de catapultes, il ne peut embarquer, outre des hélicoptères que des avions à décollage et atterrissage court.

Longs de 280 mètres pour un déplacement de 65.000 tonnes en charge, ces navires seront les plus grands de l’histoire de la Royal Navy.

Ces nouveaux porte-avions serviraient de plates-formes pour l’exploitation commune d’avions de combat et de drones des 3 armes (Marine, RAF, Armée de terre) dans des missions qui pourraient inclure l’ISR (renseignement, surveillance et reconnaissance), la projection de force et le soutien logistique, un appui aérien rapproché, la lutte contre la guerre sous-marine / anti-surface marine, et une attaque terrestre.

Lire Aussi:  MiG-31 : porteur du missile de croisière à propulsion nucléaire Burevestnik ?

L’ampleur de l’effort de construction des CVF est sans précédent par rapport aux expériences passées de la Grande-Bretagne. Sa construction s’effectue dans un cadre international, impliquant une coopération avec la France sur son projet de porte-avions PA2 lancé en 2003 sur la base du CVF.

Le 7 juillet 2009, la première tôle pour le HMS Queen Elizabeth a été coupée au chantier Govan shipyard. Début janvier 2010, 1,25 milliards d’Euros ont été consacrés dans ce programme.

Malgré la crise, BAE a racheté une part du groupe VT dans leur entreprise de navire de surface, et la Grande-Bretagne a dépensé plus de 500 millions de dollars en sous-traitance …

Lire Aussi:  L'armée russe commence à tester au combat ses chasseurs de 5e génération

Source > info-aviation.com