Les réfugiés doivent rentrer chez eux dès que la guerre est finie : Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel, le samedi a essayé d’apaiser les critiques de plus en plus virulents de sa politique de la porte ouverte pour les réfugiés, insistant sur le fait que les demandeurs d’asile en provenance de Syrie et l’Irak doivent rentrer à la maison une fois que les conflits sont terminés.

Merkel, malgré son isolation de plus en plus isolé sur sa stratégie, a résisté auxpressions de certains conservateurs à limiter l’afflux de réfugiés, ou de fermer lesfrontières de l’Allemagne. Un nombre record de 1,1 million de migrants sont arrivés en Allemagne l’année dernière. Merkel a déclaré que, malgré les efforts pour intégrer les réfugiés et les aider, il était important de souligner qu’elles n’avaient été données l’autorisation de rester pour une période de temps limitée.

Lire Aussi:  Des centaines de voitures de luxe de l'ex-président Jammeh vendues pour réduire la dette

« Nous devons… dire aux gens qu’il s’agit d’un statut de résident temporaire et nous attendons qu’il y ait paix en Syrie à nouveau, une fois que Daesh a été vaincu en Irak, que vous retournez dans votre pays d’origine en sachant que vous avez gagné, » a-t-elle dit lors d’une réunion des membres CDU dans l’État de Mecklembourg-Poméranie occidentale. Elle a dit que 70% des réfugiés qui ont fui pour l’Allemagne de la guerre en ex-Yougoslavie dans les années 1990 avaient été renvoyés dans leur pays d’origine.

Ses remarques viennent après que Horst Seehofer, chef de la CSU, a menacé de prendre son gouvernement devant les tribunaux si sa demande d’endiguer le flux des demandeurs d’asile n’a pas été atteint. Le soutien aux party alternatives de droite pour l’Allemagne (AFD) a légèrement augmenté. Son chef a déclaré dans une interview publiée samedi que les gardes-frontières doivent tirer sur les réfugiés pour les empêcher d’entrer illégalement dans le pays en cas de besoin.

Lire Aussi:  Defense National: La Côte d’Ivoire dévoile le nombre de ses soldats

Merkel a tenté de convaincre les autres pays européens à prendre des quotas de réfugiés, a poussé pour des centres d’accueil à être construit sur les frontières extérieures de l’Europe, et a mené une campagne de l’UE pour tenter de convaincre la Turquie de maintenir les réfugiés d’entrer dans le bloc. Mais les progrès ont été lents.

L’Allemagne veut limiter l’immigration d’Afrique du Nord en déclarant Maroc, Algérie et Tunisie des «pays sûrs», qui mettraient fin à la chance d’être accordé l’asile de leurs citoyens.