Urgent: La France rejette l’élection de Tshisekedi et saisit le conseil de sécurité

“Les élections se sont déroulées à peu près dans le calme, ce qui est une bonne chose, mais il semble bien que les résultats proclamés (…) ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là, parce que la conférence épiscopale du Congo a fait des vérifications et annoncé des résultats qui étaient totalement différents “, a déclaré Jean-Yves Le Drian sur CNews.

“Je pense qu’il faut qu’on garde son calme, qu’on évite les affrontements et puis que la clarté soit faite sur ces résultats qui sont inverses à ce que l’on imaginait. Monsieur Fayulu était à priori le leader sortant de ces élections “, a-t-il poursuivi .

Lire Aussi:  L’armée française en flagrant délit de vol d'or en République Centrafricaine (Photos)

La Commission électorale nationale (Ceni) a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi la victoire de l’opposant Félix Tshisekedi au scrutin présidentiel qui avait lieu le 30 décembre en RD Congo, avec 38,57 % des voix devant l’autre tête de l’opposition divisée, Martin Fayulu (34,8 %). Mais la France n’est pas d’accord.

“La France, a-t-il ajouté, a saisi le Conseil de sécurité des Nations unies en fin de semaine dernière  pour que les résultats constatés soient les résultats réels “, a conclu le ministre français des Affaires Étrangères .

On croyait à  la transition démocratique pacifique, mais avec cette sortie du porte-parole de la France qui ne semble pas en odeur de sainteté avec le vainqueur Félix Tshisekedi et la saisie anticipée du Conseil de sécurité de l’ONU, on s’achemine vers une nouvelle crise en RDC ouverte par…

Lire Aussi:  « La France n’a pas colonisé l’Algérie. Elle l’a fondée »

Pourquoi la France n’avait-elle pas saisi le Conseil de sécurité de l’ONU pour les manipulations de l’élection présidentielle au Gabon? Pourquoi la France n’a jamais contesté les modifications de la Constitution et les élections truquées de Faure Ggnassingbe au Togo, Paul Biya au Cameroun, Idriss Déby au Tchad, Sassou Nguesso au Congo? Pourquoi c’est maintenant que la transition démocratique pacifique est entrain de se réaliser en RDC que la France se précipite à défendre pour la première fois un autre candidat de l’opposition?

Quand Donald Trump a critiqué la gestion brutale de la crise des Gilets jaunes, la France a bondi pour demander aux États-Unis pour se pas interférer aux affaires internes d’un pays. Alors que la RDC est une ancienne colonie belge et qu’elle s’est débrouillée à financer l’organisation de son élection sans l’aide de la France, c’est la France qui est la première à aller rejeter le vainqueur déclaré par la CENI.

Lire Aussi:  Le Brésil dit officiellement «non» à Macron, un grand projet de forage de Total annulé

La déclaration  du chef de la diplomatie française ressemble à la démarche du pompier pyromane qui allume le feu et se précipite à courir soi-disant pour éteindre l’incendie.

J. REMY NGONO – CoupFranc.com