Un énorme cimetière vieux de 5 000 ans découvert au Kenya

Les chercheurs ont fait une découverte étonnante dans le nord du Kenya cette semaine en découvrant les vestiges d’un ancien cimetière. Voici ce que nous savons à ce jour:

Où le cimetière a-t-il été découvert?
Le cimetière a été découvert dans une zone proche du lac Turkana au Kenya, en Afrique orientale. Une équipe de chercheurs internationaux de l’Université Stony Brook de New York a mis au jour le cimetière situé sur le site du Lothagam North Pillar. Ce cimetière est actuellement le monument le plus ancien d’Afrique orientale.

Qui a construit le cimetière?
Les experts affirment qu’un groupe de pasteurs nomades sans hiérarchie sociale a construit le cimetière il y a 4 300 et 5 000 ans. Les premiers bergers ont construit une structure percée d’un trou de 98 pieds de diamètre utilisé pour l’enterrement. Dans le trou, au moins 580 personnes de tous les groupes d’âge ont été enterrées.

Lire Aussi:  Un classement controversé place les camerounaises au premier rang des filles «les plus faciles à séduire»

Au-dessus des corps, le groupe a ajouté des éléments tels que des pierres, des cairns et des colonnes de mégalithes. Le fait qu’il n’y ait aucune forme de traitement spécial pour qui que ce soit et que tout le monde a été enterré avec ses ornements équitablement répartis indique également une société non structurée.

Pourquoi cette découverte est-elle si importante?

Cette découverte jette un doute sur toutes les conclusions précédentes des chercheurs. En effet, les experts pensaient auparavant qu’une communauté sans structure sociale n’aurait pas pu créer un tel monument. Pour qu’une communauté puisse faire quelque chose comme cela, il devait y avoir une sorte de règlement.

Lire Aussi:  Dix signes qui montrent que vous allez bientôt mourir.

Potentiellement, ce cimetière peut changer les perspectives globales sur le passé. Les théories préliminaires affirment qu’il est possible que ces communautés se soient rassemblées pour enterrer leurs morts dans un lieu unique afin de se consoler les unes les autres, ce qui révèle aux chercheurs quelque chose d’intéressant sur la structure sociale des sociétés anciennes.