Le Nigeria arrête 400 musulmans chiites pour avoir soutenu l’Iran et exigé ….

La police nigériane a arrêté 400 membres d’une secte musulmane chiite après plusieurs jours de manifestations meurtrières dans la capitale. Les manifestants du Mouvement islamique du Nigeria (IMN), pro-iraniens, ont exigé la libération de leur chef, Ibraheem Zakzaky, en garde à vue pendant 34 mois.

L’armée a admis que trois personnes avaient été tuées à Abuja lundi, mais selon l’IMN, des dizaines de personnes sont mortes. En 2016, une enquête militaire a révélé que l’armée avait tué plus de 300 musulmans chiites lors d’affrontements dans le nord du pays.

Il a accusé l’armée d’avoir utilisé une “force excessive” pour tenter de déjouer une prétendue tentative d’assassinat du chef de l’armée, le général Tukur Buratai, à Zaria (État de Kaduna) en décembre 2015.

Cheikh Zakzaky, dirigeant de l’IMN, a été arrêté peu après et détenu sans inculpation jusqu’en avril 2018, date à laquelle il a été accusé d’incitation à la violence par un tribunal. Aucun soldat n’a été arrêté, malgré l’enquête judiciaire ayant donné lieu à des poursuites.

“Armes dangereuses”
L’armée, qui a tiré à balles réelles lundi sur les manifestants, a déclaré que ces morts étaient survenues après que les manifestants eurent tenté de franchir un point de contrôle. Les forces de sécurité accusent également les manifestants chiites, qui sont descendus dans les rues de la capitale pendant trois jours, de posséder 31 bombes à essence ainsi que d’autres armes dangereuses.