Algérie: Les femmes algériennes contraintes de donner leur salaire à leur mari

Les travailleuses mariées en Algérie devraient abandonner leurs salaires au Trésor national pour aider leur pays à sortir de son problème de trésorerie actuel, a proposé la ministre algérienne de la solidarité nationale, de la famille et des affaires féminines, Mounia Meslem.

Elle a déclaré que les femmes qui occupent des postes de responsabilité devraient faire un don au gouvernement algérien à court d’argent et vivre du salaire de leur mari, Meslem, a déclaré à la chaîne de télévision privée al-Bilad.

Il est intervenu après que M. Meslem eut été interrogé sur la question de savoir si les dernières mesures d’austérité toucheront les hauts dirigeants politiques, après des mois de baisse des prix du pétrole qui ont asséché les coffres d’Alger.

“Si nous devons nous devons abandonner nos salaires mensuels – en particulier les femmes – à la trésorerie de l’Etat”, a déclaré Meslem lors d’un entretien avec la chaîne de télévision privée al-Balad.

“Nous [les femmes] pourrions aider notre pays, ce qui nous a donné une éducation et une opportunité de faire une carrière [en] transférant notre salaire complet à [la trésorerie] – c’est le moins que nous puissions faire”, a-t-elle déclaré.

«Les femmes mariées n’ont pas besoin d’un salaire mensuel pour vivre, bien sûr, car elles vivent des salaires de leur mari», a ajouté M. Meslem, responsable des affaires familiales et féminines depuis 2013.

“Nos maris sont responsables de nous et ils peuvent [couvrir nos dépenses]”, a-t-elle dit. “Il est facile pour nous d’abandonner non seulement une partie de nos salaires mais aussi notre revenu mensuel – et avec plaisir.”

Sa suggestion a provoqué un tollé dans les médias sociaux, comme beaucoup l’ont appelé à sa démission, arguant que Meslem veut ramener les femmes algériennes à l’âge de pierre et garder les femmes dépendantes des hommes.

Meslem a également été critiqué pour ne pas être au courant de la situation économique en Algérie, où de nombreuses femmes travaillent pour subvenir aux besoins de leur famille.