Des soldats français envoyés en renfort en Syrie pour contrer l’armée turque – Selon Debkafile

Le secrétaire d’Etat américain a annoncé que la France avait envoyé des soldats en renfort au début du mois d’avril. Selon Washington, il ne s’agit pas de contrer les opérations militaires de la Turquie, mais d’empêcher… un retour de Daesh.

Selon Debkafile, des Marines américains ainsi que des soldats français ont débarqué dans le nord de la Syrie le 3 avril 2018. Les forces françaises et américaines auraient pris position le long de la rivière Sajour, dans le but de contrer l’avancée de l’armée turque.

Le 29 mars, les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) se prévalaient déjà d’un appui prochain de la France dans le nord de la Syrie. Le lendemain 30 mars, Paris précisait qu’une intervention militaire dans le nord de la Syrie ne se ferait que dans le cadre de la coalition dite «arabo-occidentale» dirigée par les Etats-Unis.

Lire Aussi:  Franc CFA : Hollande se dit ouvert aux propositions des pays africains

Ce n’est pas Paris qui en a fait l’annonce, mais Washington. James Mattis, secrétaire d’Etat américain a dévoilé ce 26 avril 2018 que des soldats français étaient arrivés en renfort en Syrie, confirmant une information donnée notamment par Debkafile, site proche du renseignement de l’armée israélienne.

«Les Français nous ont renforcés en Syrie avec des forces spéciales au cours des deux dernières semaines», a précisé James Mattis, s’exprimant devant le Congrès américain. «Vous allez assister à un nouvel effort dans la vallée de l’Euphrate dans les jours qui viennent», a-t-il ajouté

Interrogé à ce sujet lors de sa conférence de presse commune avec son homologue américain Donald Trump le 24 avril, le président Emmanuel Macron a mis en avant le même motif. «Nous avons décidé d’augmenter notre contribution à la coalition et nous sommes totalement impliqués dans la lutte contre Daesh», a-t-il argumenté.

Lire Aussi:  Alliance Kadhafi-Sarkozy: l’interprète du colonel explique tout en détail

L’initiative franco-américaine ne devrait pas être du goût de la Turquie. Le 30 mars dernier, Ankara, vent debout contre la constitution d’un territoire kurde à ses frontières, avait rejeté la proposition de Paris de servir de médiateur avec les YPG.

Source : lesmoutonsrebelles.com