Tir de missile nord-coréen: l’engin se dirigeait vers la Russie avant d’exploser.

Alors que les détails sur le dernier tir de missile nord-coréen hantent la planète, le journal Seoul Economic Daily a avancé son hypothèse sur son trajet potentiel: l’engin pouvait se diriger soit vers un point portuaire, soit… vers le territoire russe.

Le tir de missile nord-coréen qui a explosé quelques secondes après le tir fait toujours couler beaucoup d’encre. Comme le suppose le Seoul Economic Daily, citant une source renseignée, l’échec serait dû à la trajectoire inattendue du missile : à la différence des tirs précédents où les missiles étaient lancés « avec un azimut de 89-90 degrés à l’est », la dernière fois l’azimut du lancement était estimé à 49 degrés. Ainsi, selon toute vraisemblance, le missile devait se diriger vers le port nord-coréen de Rajin, derrière lequel s’étend déjà le territoire russe :

« Si le tir de missile balistique qui volait vers la région du nord-est n’avait pas échoué, il aurait frappé un point portuaire ou bien le territoire russe. »

Ce constat va dans le sens de la thèse de la destruction délibérée du missile par Pyongyang après un trajet de 48 km. Selon les autorités américaines, il s’agirait d’un missile balistique KN-17 de moyenne portée qui s’est disloqué avant de tomber en mer du Japon sans quitter le territoire nord-coréen

De cette façon, la Corée aurait pu envoyer une sorte de message aux États-Unis pour leur faire comprendre qu’elle n’entendait pas céder et poursuivrait ses essais de missiles, bien qu’au-dessus de son propre sol, mais aussi qu’elle ne voulait d’affrontement direct, lit-on dans l’édition.

En réponse, la défense aérienne russe en Extrême-Orient a été placée en alerte rouge, selon le président de la commission de la défense et de la sécurité au Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) Viktor Ozerov.

Auparavant, en dépit des premières déclarations de Séoul et de Washington sur un tir de missile échoué, les autorités sud-coréennes ont conclu que l’essai avait été un succès. Selon elles, le missile n’a pas explosé à cause de défaillances techniques, mais a été délibérément détruit selon les prévisions. Pyongyang explique qu’il travaillait justement sur la détonation d’une ogive nucléaire.

Dans la nuit du 28 au 29 avril, la Corée du Nord a mené un nouvel essai d’un missile balistique dans la zone de Bukchang, au nord-est de Pyongyang. Selon l’armée sud-coréenne, le missile a explosé quelques secondes après le tir.

Source : Sputnik France