L’US Army va tester une arme laser d’une puissance encore inégalée

Pour les responsables militaires américains, les armes à énergie dirigée (ou laser) ont un potentiel très intéressant dans la mesure où elles sont peu onéreuses tout en étant précises. En effet, il en coûterait seulement 1 dollar pour détruire une cible alors que le prix d’un missile dépasse souvent le million…

Ces dernières années, plusieurs programmes ont été lancés, avec des fortunes diverses. L’US Air Force, au gré des contraintes budgétaires, a dû renoncer au prometteur Airborne Laser Testbed (ALTB), monté à bord d’un Boeing B-747 ainsi qu’à l’Advanced Tactival Laser, destiné à détruire des cibles terrestres depuis un NC-130. Pour autant, la Darpa, l’agence de recherche et de développement du Pentagone, n’a pas renoncé à équiper des avions avec des armes laser, dans le cadre de ses projets HELLADS (High Energy Liquid Laser Area Defense System) et ABC (Aero-Adaptive/Aero-Optic Beam Control).

L’US Navy est également intéressée par les armes laser. En décembre 2014, dans le golfe arabo-persique, elle a testé avec succès le LaWs (Laser Weapon System), un système qui, installé à bord de l’USS Ponce, avait une puissance de 30 kw.

Lire Aussi:  La présidentielle américaine suspendue à l'enquête du FBI

Quant à l’US Army, elle a confié à Boeing le soin de construire le démonstrateur HEL MD (High Energy Laser Mobile Demonstrator), d’une puissance de 10 kw. Les tests de ce dernier ont été concluants : un communiqué de l’US Army Space and Missile Defense Command (SMDC) publié en décembre 2013 précisait que, intégré sur l’imposant HEMTT (Heavy Expanded Mobility Tactical Truck), un véhicule conçu par Oshkosh, il avait été en mesure de détruire « 80 obus de mortier et plusieurs drones » lors d’une campagne d’essais menée sur le polygone de White Sands (Nouveau-Mexique).

Dans le même temps, au titre du « Robust Electric Laser Initiative Program » (RELI), Lockheed-Martin se vit notifier un contrat pour développement d’un démonstrateur d’une arme à énergie dirigée d’une puissance de 60 kw et devant être installée à bord d’un HEMTT.

Lire Aussi:  Israël a employé pour la première fois ses F-35 au combat

Un an plus tard, le groupe de défense américain testa avec succès l’ATHENA (Advanced Test High Energy Asset). Cette arme laser, d’une puissance de 30 kw, fut capable de détruire en seulement quelques secondes le moteur d’un pick-up situé à 1,6 km (1 miles).

À la différence des précédentes armes à énergie dirigée déjà testées, l’ATHENA a la particularité de concentrer plusieurs faisceaux laser, ayant chacun une longueur d’onde précise, en un seul. Ce qui produit un effet dévastateur. Et Lockheed-Martin d’avance, à l’époque, que sa technologie ouvrait la voie à des armes laser à la fois plus puissantes et légères.

Le fait est. Le 16 mars, l’industriel a annoncé qu’il avait conçu une arme à énergie dirigée ayant développé une puissance de 58 kw. « Ce qui est un record mondial pour un laser de ce type », a-t-il souligné.

Cette arme, montée sur un véhicule « High Energy Laser Mobile Test Truck » (HELMTT), sera testée prochainement testée par l’US Army, avec le concours de la société Radiance Technologies. « La livraison de ce laser représente une importante étape pour le développement d’armes laser pratiques », a commenté Paula Hartley, une responsable de Lockheed-Martin.

Lire Aussi:  L’auteur de la fusillade en Floride dit avoir été sous contrôle mental de la CIA « pour rendre les gens racistes »

« Nous avons montré qu’un puissante arme à énergie dirigé est maintenant suffisamment légère et fiable pour être déployée sur les véhicules tactiques pour des applications de défense sur terre, en mer et dans les airs », a ajouté Robert Afzal, qui dirige les travaux liés à ce programme chez l’industriel.

Par ailleurs, contre la menace des drones, le SMDC a testé le Mobile Expeditionary High Energy Laser 2.0 (MEHEL 2.0), d’une puissance de 5 kw et intégré à un blindé de type Stryker. S’ils ont permis de vérifier que ce système pouvait être efficace, les essais conduits à White Sands, ont montré qu’il était encore perfectible. « Nous avons des plans pour corriger ces lacunes », a toufois assuré Adam Aberle, le responsable de la division « armes laser ».
Source > opex360.com