Yémen : pour la troisième fois, un destroyer américain pris pour cible en mer Rouge

Plusieurs missiles ont été tirés en direction d’un navire de guerre américain en mer Rouge près la côte yéménite, sans qu’aucun d’entre eux ne soit touché et sans faire de victime. L’armée américaine en accuse les rebelles chiites Houthis

Les attaques contre les navires militaires américains se poursuivent. Le 16 octobre, un destroyer USS Mason a été pris pour cible par des missiles. Le Pentagone a annoncé que l’équipage du navire avait utilisé des contremesures non spécifiées et échappé à des missiles.

«Nous sommes au courant de ces informations et nous évaluons la situation. Tous nos navires et leurs équipages sont sains et saufs», a fait savoir la Défense américaine.

Lire Aussi:  Trump : «On apprenait déjà l'allemand à Paris avant que les Etats-Unis n'arrivent» pendant la guerre

Il s’agit de la troisième frappe contre les navires militaires américains avec des missiles depuis le 11 octobre. Aucun dommage n’a été causé ni aux bâtiments, ni aux personnels

Washington assure que les missiles ont été tirés depuis les positions chiites tandis que les Houthis le nient.

Le 13 octobre, les Etats-Unis ont effectué leur première frappe contre les rebelles Houthis soutenus par l’Iran, sous prétexte qu’ils avaient voulu protéger leurs navires. Ils ont notamment précisé qu’ils ne cherchaient pas à s’impliquer davantage dans la guerre civile au Yémen, qui opposait les rebelles chiites aux forces de la coalition sunnite menée par l’Arabie saoudite. Dans cette attaque, autorisée par Barack Obama, trois stations radar dans la région contrôlée par les rebelles Houtis ont été détruites.

Lire Aussi:  Urgent : Les Russes et leurs familles ont sept jours pour quitter les États-Unis

L’attaque américaine du 13 octobre était la première au Yémen. Jusqu’à présent, Washington, important allié de l’Arabie saoudite, ne s’est pas engagé directement dans la guerre au Yémen, limitant son implication au partage de renseignement, au ravitaillement des avions de combat saoudiens et à la livraison d’armes à Riyad.

Des groupes de défense des droits de l’Homme ont critiqué les Etats-Unis à de nombreuses reprises pour la livraison d’armes à l’Arabie saoudite, qui continue à bombarder des cibles civiles au Yémen. Ainsi, une étude réalisée par le journal The Guardian a révélé en septembre dernier qu’un tiers des frappes saoudiennes au Yémen avaient visé des cibles civiles. En outre, l’ONU a accusé la coalition d’usage de bombes à sous-munitions, interdites dans la plupart de pays.

Lire Aussi:  Trump envisage de classer les Frères Musulmans parmi les organisations terroristes

Depuis mars 2015, la guerre au Yémen a fait au moins 6 885 morts, 35 022 blessés et déplacé quelque trois millions de personnes, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Source