Le footballeur Samuel Eto’o fait interdire le livre d’une ex-petite amie.

Le footballeur camerounais Samuel Eto’o a obtenu du tribunal de grande instance de Paris l’interdiction d’un livre écrit par une ex-petite amie, mais l’éditeur a fait appel et une décision est attendue lundi, a-t-on appris jeudi auprès de cette maison d’édition.

Écrit par Nathalie Koah, 29 ans, une ex-petite amie du joueur, « Revenge Porn – Foot, sexe, argent: le témoignage de l’ex de Samuel Eto’o » (Éditions du Moment) est le récit d’une femme qui s’estime « humiliée et trahie ». Elle y raconte la liaison qu’elle a entretenue de 2007 à 2014 avec le joueur marié. Le livre devait sortir ce jeudi.

Lire Aussi:  Krystel Messele demande à Fabrice Ondoa de s'occuper de sa fille.

Mais, saisie par les avocats de l’international camerounais, la 17e chambre du TGI de Paris a décidé mardi d’interdire le livre à la vente pour atteinte à la vie privée. L’avocat des Éditions du Moment, Me Olivier Pardo, a lancé un référé en urgence et une audience est prévue lundi à 14H00.

« Je suis extrêmement choqué et sidéré » par la décision du TGI de Paris, a confié à l’AFP Me Pardo. La décision du tribunal est « totalement injustifiée », a-t-il estimé.

« Le livre ne fait pas qu’étaler la vie de M. Eto’o, mais aussi celle de Nathalie Koah », a-t-il fait remarquer.

L’affaire remonte à l’été 2014, quand après une rupture tumultueuse, Samuel Eto’o et Nathalie Koah se sont déclaré la guerre par plaintes interposées.

Lire Aussi:  Kim Kardashian aurait perdu sa virginité à 14 ans

La jeune camerounaise accuse Samuel Eto’o d’avoir publié sur internet des photos d’elle « dans les postures les plus intimes ». L’ancien joueur du FC Barcelone accuse de son côté son ex-petite amie d’ »escroquerie et abus de confiance ».

« Je respecte la décision (du TGI) mais je ne me laisse pas abattre », a affirmé Nathalie Koah dans une vidéo postée sur son compte Facebook. « Je suis une victime dans cette histoire. On refuse que je dise la vérité telle qu’elle est », a-t-elle ajouté.

L’interdiction, même provisoire, d’un livre est rarissime en France.

Par AFP