Trump demande à la Russie de quitter le Vénézuela ou de se préparer à la guerre

Après l’arrivée d’avions militaires et de personnel russe à Caracas dans le cadre d’un accord de coopération, le président américain, qui continue de faire pression sur son homologue vénézuélien Nicolas Maduro, a lancé un avertissement à Moscou.

Le président américain Donald Trump a sommé la Russie de quitter le Venezuela ce 27 mars, alors que deux avions militaires et du personnel russe sont en ce moment dans le pays latino-américain dans le cadre d’un accord de coopération de 2001. S’exprimant aux côtés de Fabiana Rosales, épouse de l’opposant vénézuélien Juan Guaido, il a ainsi lancé : «La Russie doit quitter [le Venezuela].» Alors que les journalistes lui demandaient comment il comptait procéder face à Moscou, le dirigeant américain a affirmé : «Nous verrons. Toutes les options sont ouvertes.»

Lire Aussi:  Nigeria et Boko Haram : 14 pays promettent leur aide, pas les Etats-Unis

Plus tôt, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait déjà mis en garde son homologue Sergueï Lavrov que Washington ne resterait pas «les bras croisés» si Moscou continuait d’«exacerber les tensions au Venezuela». De son côté, la Russie accuse les Etats-Unis de vouloir organiser un coup d’Etat au Venezuela.

Des militaires russes présents dans le cadre d’un accord de coopération

En réponse à Washington, le ministère russe des Affaires étrangères avait souligné ce 26 mars que la présence au Venezuela de 99 militaires et 35 tonnes de matériel (selon les informations du média Sputnik), ne constituait en rien une ingérence, mais qu’elle était au contraire conforme à des accords bilatéraux entre les deux Etats.

Lire Aussi:  Plus de 70 % des Américains en âge pour l'armée inaptes au service en raison de problèmes de santé

«La Fédération de Russie développe sa coopération avec le Venezuela dans le strict respect de la Constitution de ce pays et dans le strict respect de ses lois. La présence de spécialistes russes sur le territoire du Venezuela est régie par l’accord entre le gouvernement de la Fédération de Russie et le gouvernement du Venezuela sur la coopération militaro-technique, signé en mai 2001», avait ainsi précisé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova dans un communiqué.

Fin janvier 2019, le président américain Donald Trump, suivi dans la foulée par plusieurs autres pays, avait reconnu l’opposant vénézuélien Juan Guaido (par ailleurs président de l’Assemblée nationale) comme président «par intérim» du pays, quelques heures après que ce dernier s’était auto-attribué cette fonction lors d’un discours devant ses partisans à Caracas. 

Lire Aussi:  [Vidéo] Les seins en silicone d'une célèbre lutteuse crèvent en plein combat

L’armée est pour sa part restée fidèle à Nicolas Maduro qui avait été réélu pour un second mandat. Depuis plusieurs mois, manifestations de soutien et d’opposition au président du pays s’alternent. Face à cette situation, Washington avait plusieurs fois fait savoir que toutes les options étaient sur la table.