Venezuela : Juan Guaido dit qu’il va commencer à exercer ses « fonctions de président »

Le président par intérim autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, a déclaré qu’il exercerait ses « fonctions de président » dès son retour de Colombie au Venezuela, où il aurait rencontré lundi le vice-président américain Mike Pence.

Dans un message posté sur Twitter, Guaido a déclaré qu’il fournirait « un audio avec les prochaines instructions ». « Je vous demande de diffuser massivement notre message », a-t-il écrit sur Twitter. « Rien ne nous arrêtera. »

Guaido, le président de la législature dirigée par l’opposition au Venezuela, s’est déclaré président par intérim du Venezuela en janvier et se bat contre le président Nicolas Maduro pour le contrôle du pays.
Guaido a rencontré Pence et le président colombien Ivan Duque cette semaine à Bogota, en Colombie, où se déroulait une réunion du groupe de Lima, organe diplomatique créé pour contribuer à atténuer la crise vénézuélienne.

Lire Aussi:  Gabon et Guinée Equatoriale à la CIJ pour régler leur différend frontalier

La réunion a fait suite à un week-end d’affrontements violents au Venezuela, où l’armée a empêché les convois d’aide humanitaire d’entrer dans le pays. Guaido a appelé les autres pays à envoyer de l’aide au Venezuela pour faire face à la pénurie croissante de nourriture et de médicaments. Mais Maduro – qui a été réélu lors d’un vote largement critiqué l’année dernière – nie l’existence d’une crise humanitaire dans le pays et suggère que les efforts d’aide font partie d’un complot américain visant à orchestrer un coup d’État.

Guaido a confié à CNN qu’il pensait pouvoir être arrêté à son retour. « L’exercice de la politique au Venezuela est criminalisé, pas seulement envers moi », a-t-il déclaré. « Aujourd’hui, il y a 1 000 prisonniers politiques au Venezuela, il y a des assassinats politiques. »
Mais une attaque sur lui, a dit Guaido, pourrait se retourner contre l’administration actuelle.

Lire Aussi:  Tchad: grève générale suivie pour la libération d'opposants à Deby

« Le Venezuela est mobilisé pour le changement et arrêter quelqu’un ne calme pas la manifestation. Au contraire, cela l’accélère et le fait grandir. »

Un week-end d’affrontements violents: près de 300 personnes ont été blessées et 37 hospitalisées, des soldats ayant tiré des gaz lacrymogènes et projeté des balles en caoutchouc sur une foule de manifestants à la frontière entre le Venezuela et la Colombie au cours du week-end. Adriana Pichardo, représentante de l’Assemblée nationale et partisane de Guaido, a déclaré à CNN qu’au moins cinq personnes avaient également été tuées dans des affrontements avec les forces de sécurité vénézuéliennes.

Lundi, M. Pence a déclaré que les Etats-Unis imposeraient des sanctions supplémentaires aux dirigeants vénézuéliens et se sont engagés à fournir davantage d’aide à la région alors qu’il a appelé les nations à faire davantage pour affronter le gouvernement Maduro.

Lire Aussi:  Rwanda - Kagame candidat : la ligne droite référendaire

À la suite de la réunion du groupe de Lima lundi, M. Duque a déclaré que la diplomatie, et non la guerre, était la solution au problème. Dans un tweet mardi, il a déclaré que la réunion avait mis l’accent sur « la diplomatie et qu’aucun discours belliciste n’a été prononcé ».