Urgent : L’armée américaine déjà stationnée en Colombie pour renverser Maduro

Le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, a déclaré que l’armée américaine avait déployé des unités spéciales à Porto Rico et en Colombie, afin de renverser le président vénézuélien Nicolas Maduro. Washington n’a pas commenté.

Nikolaï Patrouchev, secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie (l’organe consultatif du président russe, spécialisé dans les questions de sécurité nationale), a déclaré dans un entretien publié ce 26 février sur le site de l’hebdomadaire russe Argoumenty i Fakty, que les Etats-Unis avaient envoyé des unités spéciales au Porto Rico et en Colombie, pour mener une opération visant à renverser le président vénézuélien, Nicolas Maduro.

Les États-Unis préparent une invasion militaire d’un État indépendant

«En montrant leur sarcasme et leur arrogance à l’égard du peuple vénézuélien, les États-Unis préparent une invasion militaire d’un État indépendant» a estimé Nikolaï Patrouchev, déplorant que Washington ait renforcé le regroupement de ses troupes dans la région afin d’«affronter le président légalement élu, Nicolas Maduro». «Le peuple vénézuélien le comprend bien. D’où une telle réaction, le refus d’accepter les biens du pays agresseur et le soutien de son président.» a-t-il ajouté. Washington n’a pas commenté dans l’immédiat.

Une violation des principes les plus fondamentaux du droit International.

La veille, Jorge Arreaza, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, avait dénoncé la tentative du gouvernement américain, «en collaboration avec un groupe de pays subordonnés», de mener «une campagne féroce pour renverser le gouvernement vénézuélien». En outre, le ministre avait dénoncé «une violation des principes les plus fondamentaux du droit International».

Venezuela denuncia que el Gobierno de EEUU, junto a un grupo de países subordinados, conduce una feroz campaña para derrocar al Gobierno venezolano y al Presidente Constitucional, Nicolás Maduro, en franca violación de los principios más elementales del Derecho Internacional pic.twitter.com/09SyGIEUOV— Jorge Arreaza M (@jaarreaza) 26 février 2019

Le 24 février, Mike Pompeo, secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo affirmait être certain que «grâce aux Vénézuéliens, les jours de Maduro [étaient] comptés». Interrogé sur le scénario d’un recours à la force par l’armée américaine, Mike Pompeo a, à l’instar des précédentes déclarations de Donald Trump, refusé de l’exclure. «Nous avons dit que toutes les options étaient sur la table», a-t-il commenté à l’antenne de la chaîne Fox News. «Nous ferons ce qu’il faut pour […] que la démocratie règne et qu’un avenir meilleur se dégage pour les Vénézuéliens», a-t-il ajouté.

Lire Aussi:  17 États américains poursuivent l'administration Trump

Source: RT