F. Tshisekedi donne un ultimatum aux entreprises chinoises d’augmenter le salaire des congolais

L’homme qui a déclaré vouloir réduire de 50% le taux de pauvreté de la République démocratique du Congo est déjà entré au travail un mois seulement après son entrée en fonction.

selon nos sources au sein de la présidence, le nouveau président a tenu une réunion à huis clos avec des investisseurs chinois dans le pays. Le président a demandé aux investisseurs chinois de respecter leur engagement et de veiller à ce que les travailleurs congolais soient bien payés.

Selon nos sources, il a déclaré que la fin du laxisme dans le pays était révolue et que la lutte contre la corruption était son objectif principal. <<les contrats ne seront plus attribués à des entreprises paresseuses et seuls ceux qui étaient disposés à faire des affaires continueront à travailler avec l’État>>.

La réunion s’est terminée avec l’acceptation par les investisseurs chinois de respecter leur engagement mais a demandé au gouvernement de réduire le processus d’acquisition de projets publics, d’améliorer le réseau de transport dans le pays et d’intensifier la lutte contre le grand banditisme dans le pays.

Lire Aussi:  Centrafrique : les cinq leçons du référendum constitutionnel