France: Macron demande à son ambassadeur en Italie de retourner à Rome

Rappelé à Paris le 7 février sur fond de crise diplomatique entre la France et l’Italie, l’ambassadeur de France dans la botte italienne va retourner à Rome, a annoncé vendredi la ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau.

L’ambassadeur de France en Italie, rappelé par Emmanuel Macron le 7 février pour consultations au plus fort de la crise diplomatique entre les deux pays, sera de retour vendredi à Rome, a annoncé la ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau.

« Il repart aujourd’hui à Rome », a-t-elle indiqué vendredi sur la radio RTL, une semaine après son rappel pour consultations.

Provocations italiennes

Lire Aussi:  Urgent: Les vrais crimes d’Emmanuel Macron enfin révélé au public

Les deux figures de proue du gouvernement populiste italien, le vice-Premier ministre Luigi Di Maio et le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, ont multiplié ces dernières semaines les affronts à l’égard de l’exécutif français, appelant même à la démission du président Macron.

À lire aussi : « Les petits calculs politiques de la crise diplomatique franco-italienne »

« Plus vite il rentrera chez lui, mieux ça vaudra ! », avait clamé en janvier Matteo Salvini, chef de l’extrême droite italienne, en qualifiant Emmanuel Macron de « président gouvernant contre son peuple ».

La rencontre de Luigi Di Maio le 5 février en France avec des Gilets jaunes, mouvement social qui secoue l’exécutif français avait provoqué la colère de Paris. Le vice-Premier ministre italien avait alors lancé que le « vent du changement » soufflait des deux côtés des Alpes.

Lire Aussi:  Le président Macron en mission pour promouvoir l'usage du français en Afrique

« Nous avons entendu des leaders politiques qui s’étaient laissé aller à des paroles ou des comportements franchement inamicaux et inacceptables montrer qu’ils le regrettaient », a estimé Nathalie Loiseau.

« On a entendu M. Salvini dire qu’il ne voulait pas de guerre avec la France », a-t-elle relevé.

Luigi Di Maio a de son côté assuré qu’il avait rencontré des représentants des Gilets jaunes en qualité de chef du Mouvement Cinq Étoiles (M5S, antisystème) et non de vice-Premier ministre.

Emmanuel Macron et son homologue Sergio Mattarella, qui se sont parlé mardi par téléphone, ont « dit ensemble à quel point l’amitié entre la France et l’Italie était importante, à quel point les deux pays avaient besoin l’un de l’autre », a poursuivi la ministre. « L’Italie a besoin de la France donc travaillons ensemble », a-t-elle souligné.

Lire Aussi:  Alliance Kadhafi-Sarkozy: l’interprète du colonel explique tout en détail

Avec AFP