Le Japon propose d’annexer un pays africain en échange au développement

Le Japon, confronté à une pénurie de terres en raison de l’érosion constante et des catastrophes naturelles, cherche une solution durable en migrant sa population vers un autre territoire d’outre-mer.

Le Japon est actuellement à la recherche d’un pays africain qu’il pourra annexer et faire de son territoire d’outre-mer en échange du développement et de la nationalité japonaise. Cette information nous a été révélée par un haut responsable du gouvernement japonais travaillant pour le ministère des affaires étrangères du pays.

Selon ce haut responsable du gouvernement, des discussions sont secrètement en cours entre le Japon et les 6 pays africains les plus pauvres. Sur le sujet de la discussion, une possible rétrocession de leur souveraineté au Japon en échange d’un développement rapide et de la nationalité japonaise a tout ses citoyenne.

Lire Aussi :  Donald Trump frappe encore tres fort, il parle aux africains

Il convient de noter que le Japon dispose désormais du passeport le plus puissant au monde. Les citoyens japonais peuvent bénéficier d’un accès sans visa ou à l’arrivée pour 190 destinations à travers le monde.

Lire Aussi:  Erdogan: les Musulmans ont découvert l'Amérique (et non pas Christophe Colomb)

L’économie japonaise est très développée et axée sur le marché. C’est le troisième au monde par son PIB nominal et le quatrième en termes de parité de pouvoir d’achat (PPA). et est la deuxième plus grande économie développée du monde. Le Japon est membre du G7.

De même que la Russie transforme la Crimée en une ville moderne dotée de toutes les infrastructures nécessaires à sa croissance rapide, Le Japon construira de bonnes routes, des écoles, des logements modernes et gratuits pour les habitants, des soins de santé gratuits, l’industrialisation et le transfert de technologie vers son nouveau territoire. 4 des 6 pays africains sont déjà intéressés par le projet Nippon et soumettent la proposition par référendum dans les prochains jours à leurs citoyens.

Lire Aussi:  Trump veut que Washington reconnaisse Jérusalem comme la capitale d'Israël

La France, qui n’est pas prête à en perdre une partie de ses ancien colonies, a déjà annoncé qu’elle bloquerait le projet devant le Conseil de sécurité des Nations Unies en plaçant son droit de veto.