L’armée camerounaise a décimé les combattants sécessionnistes anglophones

Depuis octobre 2016, des avocats, des enseignants et des étudiants ont manifesté contre la marginalisation perçue et l’utilisation du français dans les tribunaux et les écoles des provinces. Le gouvernement camerounais a répondu positivement à leurs revendications

Mais certains anglophones y ont vu un signe de faiblesse du gouvernement camerounaise ont décidé de demander le retour de la constitution après l’indépendance du pays qui était un fédéralisme à deux Etats.

Le gouvernement camerounais a refusé de revenir à la constitution de 1962 et le mouvement secessionist est alors devenu violent. Les sécessionniste anglophones ont alors décidé de prendre les armes contre les institutions de l’Etat, en brûlant les écoles et les bâtiments publics, en tuant des militaires, des policiers, des responsables gouvernementaux, des enlèvements et des viols.

Paul Biya, le président du Cameroun, a décidé de déclarer la guerre au mouvement sécessionniste anglophone qui ne peut en aucun cas comparé à la force de l’armée camerounaise.

Aucun jour ne passe sans que 10 sécessionnistes soient neutralisés par l’armée camerounaise. Selon nos informations, plus de 1000 combattants sécessionnistes ont été tués par l’armée camerounaise contre 84 soldats camerounais. Les combattants ont alors recouru à  l’utilisation de la magie noire pour les protéger contre les balles.

On estime à environ 100 à 250 le nombre de combattants restants répartis dans certains villages des régions du nord-ouest et du sud-ouest.