Trump: «ce sont les Russes qui aiment venir aux États-Unis. ils vont souffrir de la fermeture»

La Russie a pris, jeudi, des mesures similaires à celles décidées lundi par Washington. Les Etats-Unis disent examiner leurs « options ». Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé, jeudi 29 mars, l’expulsion de soixante diplomates américains, en réponse à des mesures similaires prises lundi par Washington dans une action coordonnée avec de nombreux autres pays occidentaux.

Les mesures prises par Moscou « incluent l’expulsion du même nombre de diplomates et le retrait de l’accréditation du consulat général des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg », la deuxième ville du pays, située dans le nord-ouest de la Russie, a déclaré M. Lavrov lors d’une conférence de presse.

« En ce moment même, l’ambassadeur des Etats-Unis [Jon] Huntsman a été invité au ministère, où mon vice-ministre, Sergueï Riabkov, l’informe du contenu de ces mesures de représailles envers les Etats-Unis », a-t-il ajouté.

Lire Aussi:  Jovenel Moïse remporte la présidentielle en Haïti dès le premier tour

Le président américain a réagi à la fermeture de l’ambassade américaine à Saint-Pétersbourg  « écoutez , il y a beaucoup plus de Russes au États-Unis que d’Américains en Russie. ce sont les Russes qui aiment venir aux États-Unis. ils vont souffrir de la fermeture.  Le russe n’a aucune raison de fermer l’ambassade. leurs citoyens sont ceux qui aiment l’Amérique. regarde, combien d’Américains avons-nous en Russie? »

< Je pense que ces messes prises par Russie vont grandement affecter les Russes car ils aiment tellement notre pays. Mais nous regardons de près et ils vont sûrement nous entendre bientôt >

Le département d’Etat américain a répondu que Moscou n’avait aucune raison d’expulser des diplomates et que la Russie ne devait pas se poser en victime. « Il n’y a aucune justification à la réaction russe », a dit Heather Nauert, sa porte-parole, lors d’un point de presse. « Nous nous réservons le droit d’y répondre », a-t-elle poursuivi, soulignant que les « options étaient en train d’être examinées ».

 

Lire Aussi:  Six enfants meurent au cours d'un baptême au Zimbabwe