Urgent : Message de Saif al Islam a Nicolas Sarkozy après sa mis en examen

Saif al-Islam Kadhafi, le fils du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi, a salué la détention de l’ancien président français Nicolas Sarkozy et réitéré son offre de preuves montrant que la campagne électorale de Sarkozy en 2007 a été financée par des fonds illicites.

Nous avons reçue un message de Saif al Islam a Nicolas Sarkozy après sa mis en examen du financement libyen. Voici un extrait de la lettre  » J’ai appris avec grand bonheur que vous, M. Sarkozy, avez été arrêté et placé en détention en raison du financement libyen de votre campagne présidentielle en 2007. 

Vous et moi savons très bien que toutes les accusations portées contre vous en ce qui concerne l’argent que vous avez reçu auprès de mon défunt père pour que votre campagne est vraie, mais vous continuez à refuser parce que vous fuyez la justice.

Le peuple libyen vous a aidé en 2007 mais qu’est-ce que vous nous avez payé en retour? La destruction de la Libye  et le meurtre de mon père. J’ai tous les documents et les preuves de tout l’argent que vous avez collecté pour votre campagne.C’est soit vous remettez l’argent au peuple libyen, soit nous envoyons ce document de preuves au ministère de la Justice française  ».

Saif al-Islam a fait allusion aux preuves qu’il avait données à la chaîne de télévision européenne Euronews à Tripoli en 2011, et a déploré le fait qu’il avait fallu sept ans à la justice française pour agir en la matière.

Lire Aussi:  Macron « envisage » de se rendre en Iran à l’invitation du président Rohani

Un responsable du système judiciaire français a déclaré mardi à des journalistes que M. Sarkozy était détenu par la police pour être interrogé par des magistrats chargés d’enquêter sur les allégations de financement libyen pour sa campagne électorale de 2007.

Une enquête judiciaire a été ouverte par la France en 2013, tandis qu’en janvier de cette année, la Grande-Bretagne a arrêté et accusé un homme d’affaires français soupçonné par les enquêteurs d’avoir canalisé l’argent de Kadhafi pour financer la campagne de Sarkozy.