Le Pape vient d’accorder des droits aux prêtres catholiques pour pardonner l’avortement

Le pape François permet à tous les prêtres de pardonner définitivement l’avortement, après la fin de l’Année Sainte de la Miséricorde  de la Basilique Saint-Pierre au Vatican 

Le chef spirituel de l’Église catholique a prolongé la permission spéciale qu’il avait précédemment accordée pour la durée de l’Année sainte de la miséricorde, permettant aux prêtres d’absoudre les femmes du «péché grave» de l’avortement. Cela favorise son idéal d’une église sainte miséricordieuse, venant de terminer l’Année Sainte de la Miséricorde pour mettre en évidence cette même vertu.

Dans une lettre apostolique, rendue publique lundi par le Vatican, Le Pape François écrit:

Lire Aussi:  9 raisons de se marier avec un homme africain

« Il n’y a pas de péché que la miséricorde de Dieu ne peut atteindre et effacer quand il trouve un cœur repentant cherchant à se réconcilier. » Cela inclut, pour le pape François et maintenant l’église, l’avortement.

Il est important de noter qu’il a également écrit:

« Je tiens à réaffirmer aussi fermement que possible que l’avortement est un péché grave, car il met fin à une vie innocente. » En raison de la gravité d’un tel péché, l’Église catholique romaine avait depuis longtemps confié la question du pardon de l’avortement à un évêque, qui pouvait alors entendre la confession de la femme ou la déléguer à un prêtre expert.

Lire Aussi:  Un migrant parvient a séduire une millionnaire Belge et ils vont bientôt se marier

En 2015, cependant, François a permis à tous les prêtres d’accorder l’absolution pour le péché d’avortement pendant la durée de l’Année Sainte de la Miséricorde, qui a duré du 8 décembre 2015 au dimanche passé.

« Que tout prêtre soit donc un guide, un soutien et un réconfort pour les pénitents dans ce voyage de réconciliation spéciale ». Francis a écrit, pour les fidèles qui ont estimé qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de faire « cette décision agonisante et douloureuse ».

Il a expliqué sa justification de la décision:

« De peur qu’un obstacle ne surgisse entre la demande de réconciliation et le pardon de Dieu, j’accorde désormais à tous les prêtres … la faculté d’absoudre ceux qui ont commis le péché de l’avortement. La provision que j’avais faite à cet égard, limitée à la durée de l’Année sainte extraordinaire, est prorogée, nonobstant toute disposition contraire.  »

Lire Aussi:  8 choses à ne pas confondre avec l’amour

Ceci soutient la vision d’une église miséricordieuse du Pape François, y compris pour les femmes fidèles qui peuvent avoir senti qu’il n’y avait pas d’autre choix pour eux et souffrent dans leur foi en conséquence.