Pourquoi Pyongyang ne perdra pas la guerre contre la Corée du Sud et les États-Unis

Alors que les nord-coréens se préparent à une guerre urbaine, leurs voisins du sud misent sur des stratégies défensives, estime Alexandre Sitnikov, chroniqueur de Svobodnaya gazeta, qui dit être convaincu de la victoire de Pyongyang en cas de conflit militaire avec Séoul et Washington.

 Sur fond des tensions entre la Corée du Nord, celle du Sud et les États-Unis, le chroniqueur de Svobodnaya gazetaAlexandre Sitnikov fait un zoom sur la situation, estimant qu’en cas du conflit militaire, c’est bien Pyongyang qui en sortirait vainqueur. 

Ainsi, selon M. Sitnikov, ni Washington, ni Séoul ne disposent actuellement d’informations plausibles sur le nombre de Nord-Coréens prêts à participer au conflit armé en cas de besoin. Il estime que les informations relayées par l’agence de presse sud-coréenne Yonhap sur la présence de quelque 600 000 soldats ne correspondent pas à la réalité car il ne faut pas oublier six millions de personnes inscrites dans les Gardes rouges des ouvriers et paysans participant régulièrement aux manœuvres.

Ainsi, la Corée du Nord posséderait environ huit millions de militaires capables de se mobiliser très vite en cas du danger.

Lire Aussi:  Israël derrière les crimes au Myanmar

De plus, d’après le chroniqueur, les affirmations selon lesquelles Pyongyang se concentrerait sur une stratégie d’attaque sont fausses car il renforce ses positions défensives.

« Si les Sud-coréens, appuyés par les États-Unis, essayent d’effectuer une percée en Corée du Sud, ils se heurteront à quatre niveaux de défense. De plus, une garnison spéciale de la défense visant à assurer la sécurité de la capitale et comportant quatre brigades de grenadiers de haut niveau a été mise en place. Elle est prête à combattre jusqu’au dernier soldat », a argumenté M. Sitnikov.

Néanmoins, d’après l’expert, Séoul n’a pas envie non plus d’attaquer, bien qu’il considère que les types anciens d’armes utilisés par Pyongyang lui donnent de bonnes chances de remporter la victoire.

En effet, possédant une armée moins nombreuse, la Corée du Sud a considérablement investi dans les armes et le renforcement de ses fortifications.

Cependant, il ne faut pas oublier les faiblesses de Séoul. Ainsi, son armée compte environ 490 000 soldats auxquels on peut ajouter 28 000 soldats américains disposés sur la péninsule et 50 000 militaires américains déployés au Japon.

Lire Aussi:  La Corée du Sud interpelle les autorités russes sur la violation de l'espace aérien

Donc, en cas de conflit, Séoul ne pourra présenter qu’environ 500 000 soldats contre huit millions de militants de Kim Jong-un. Et même si le chroniqueur évoque la possibilité pour Séoul de mobiliser 4,5 millions de réservistes âgés de 18 à 35, selon lui, cela ne servira pas à grand-chose car « les soldats de réserve ne gardent leurs acquis militaires que deux ans ».

En outre, M. Sitnikov souligne qu’en cas de guerre, Séoul va mener toutes ses opérations militaires sous le commandement du Pentagone. Selon lui, l’expérience de la guerre en Irak, notamment lors de l’opération à Mossoul, montre que dans les villes tous les avantages des systèmes novateurs diminuent, voire s’effacent complètement.

Enfin, le chroniqueur assure que le déploiement des systèmes THAAD doit être considéré comme un indice que Pyongyang a considérablement avancé dans son ambition de créer des armes nucléaires et des missiles balistiques. Dans le même temps, Séoul n’a presque rien fait pour contrer cette menace.

Lire Aussi:  La Russie ordonne tous ses fonctionnaires vivant à l'étranger de rentrer à la maison sur peur d'une guerre mondiale

« En guise de réponse à une attaque aérienne américaine, on peut supposer que Pyongyang effectuera une frappe nucléaire visant le système de défense de la Corée du Sud. Puis il mettra la main sur la capitale. Les Américains craignent que la Corée du Nord puisse leur imposer une guerre urbaine où l’efficacité de l’aviation diminuera considérablement. Et puis le chaos civil fera empirer la situation », a conclu l’expert.

Ces derniers temps, les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis ont monté d’un cran en raison des essais de missiles de l’armée nord-coréenne et des soupçons qui planent sur un nouvel essai nucléaire imminent de Pyongyang, ce qui préoccupe également Séoul et Tokyo.

Le 23 avril, un groupe aéronaval américain conduit par le porte-avions Carl Vinson et les destroyers Ashigara et Samidare de la Force maritime d’autodéfense japonaise ont entamé des manœuvres conjointes dans la partie occidentale de l’océan Pacifique, au sud de la péninsule coréenne.

Source : Sputnik