Donald Trump : « Les gens ne savent pas quels grands guerriers il y a en France »

Visiblement, le temps n’est plus au « French Bashing » outre-Atlantique. On savait déjà que les militaires américains nourrissaient une certaine admiration pour leurs homologues français. « Quels que soient les Français ou la politique de leur gouvernement, leurs soldats sont courageux, bien formés, dans une forme fantastique et agressifs », avait, par exemple, témoigné l’un d’eux, après un séjour en Afghanistan.

Et le président américain, Donald Trump, n’a pas dit autre chose, lors d’une rencontre avec Emmanuel Macron, venu à New York à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations unies. « Les gens ne savent pas quels grands guerriers il y a en France », a-t-il en effet lancé, en évoquant le dernier défilé militaire du 14-Juillet, auquel il a assisté.

Lire Aussi:  Pour Daesh, les Etats-Unis sont dirigés par «un idiot»

D’ailleurs, le locataire de la Maison Blanche, qui ne donne généralement pas dans la langue de bois, a été impressionné par ce qui lui a été donné de voir. « Je dois dire que c’était un des plus beaux défilés que j’ai jamais vus. C’était deux heures de puissance militaire », a dit M. Trump, alors que le président Macron se tenait à ses côtés.

« C’est une chose formidable pour la France et pour l’esprit de la France », a continué le président américain.

S’il est fréquent de voir, aux États-Unis, des manifestations patriotiques et des parades militaires, comme par exemple à l’occasion du Super Bowl, il n’est pas dans la tradition américaine d’organiser un défilé comme en France le jour de la fête nationale (le 4 juillet). Mais cela pourrait changer à en croire les propos de M. Trump.

Lire Aussi:  Les militaires américains s'excusent pour l'incident avec l'avion russe en Syrie

« Après ce que j’ai vu nous pensons vraiment organiser un grand défilé à Washington sur Pennsylvania Avenue le 4 juillet », a en effet lancé le président américain. « Il va falloir qu’on creuse l’idée. Nous aimerions faire ça. J’en ai parlé avec le général John Kelly [son directeur de cabinet, ndlr] et tous les gens impliqués. Nous allons voir si nous pouvons le faire. En tout cas, c’est sûr que nous le ferons un jour », a-t-il insisté.

Source : opex360.com