Trump promet de «détruire complètement» la Corée du Nord en cas de menace pour les USA

Depuis la tribune de l’Onu, le Président américain Donald Trump a promis d’«anéantir» la Corée du Nord en cas de menace pour les États-Unis, insistant sur le fait que Washington était «prêt, veut et peut le faire», mais espère que ceci ne s’avérera pas nécessaire.

Washington n’aura pas d’autre choix que d’anéantir la Corée du Nord si elle continue à menacer les États-Unis, a déclaré ce mardi le Président Donald Trump depuis la tribune de l’Onu.

«Les États-Unis sont très patients, les États-Unis sont forts. Mais si on nous contraint à nous défendre ou à défendre nos alliés, nous n’aurons pas d’autre choix que de détruire complètement la Corée du Nord», a lancé Donald Trump.

Lire Aussi:  Un agent du mossad israélien déguisé en faux imam afin de recruter pour Daesh, arrêté à Benghazi

Et d’ajouter que l’«homme-fusée» — surnom qu’il a donné au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un – accomplissait une «mission-suicide pour lui-même et son régime».

«Les États-Unis sont prêts, veulent et peuvent [anéantir la Corée du Nord, ndlr], mais espèrent que ceci ne s’avérera pas nécessaire», a pointé Donald Trump.

Il a proposé de voir comment Pyongyang agirait. «Il est temps que la Corée du Nord réalise que la dénucléarisation est son seul avenir acceptable», a souligné Trump.

Il est en outre revenu sur la récente adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies d’une résolution sur la Corée du Nord. Il a remercié la Russie et la Chine pour leur feu vert, tout en soulignant qu’il restait encore beaucoup à faire en ce sens. «Il est temps que tous les pays collaborent pour isoler le régime de Kim jusqu’à ce qu’ils cessent leur comportement hostile», a-t-il lancé.

Lire Aussi:  Ministre turc du Travail: les USA sont impliqués dans le coup d’Etat

La Corée du Nord a confirmé avoir effectué vendredi dernier un tir d’essai d’un missile balistique Hwasong-12. L’engin, qui a survolé le Japon, a atteint une altitude de 800 kilomètres, a parcouru 3.700 kilomètres et est tombé à 2.000 kilomètres de l’île japonaise de Hokkaido. Le tir s’est déroulé sous le contrôle de Kim Jong-un en personne, d’après l’agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA). Pyongyang a ainsi «testé les performances d’un missile balistique stratégique à longue et moyenne portée», a noté le dirigeant nord-coréen.

Ce tir est intervenu trois jours après que le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé de nouvelles sanctions contre Pyongyang pour son sixième essai nucléaire.

Lire Aussi:  Poutine révèle ce qui fait la force de la Russie et la rapproche des USA