‘Otan «ne veut pas une confrontation» avec Moscou mais augmente ses dépenses militaires

L’Otan étant une alliance de défense, elle n’envisage pas d’entrer dans une confrontation avec la Russie, a déclaré son secrétaire général Jens Stontenberg, ajoutant que son approche en l’espèce prévoyait une défense combinée à un dialogue.

À l’issue du sommet de l’Alliance à Bruxelles, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a dit espérer un dialogue constructif avec Moscou et non une confrontation:

« L’Otan est une alliance de défense, elle n’aspire pas à une confrontation avec la Russie. Cette dernière est notre voisine la plus grande et continuera de l’être, et nous espérons de meilleures relations plus constructives avec la Russie », a-t-il déclaré aux journalistes confirmant une double approche de l’Alliance. « C’est une forte défense en conjugaison avec un dialogue sérieux ».

Selon le secrétaire général, l’Otan réussit dans les deux directions, et le dialogue est nécessaire pour assurer plus de transparence en matière militaire et pour réduire le risque d’un conflit. « Nous aspirons à des relations meilleures, plus constructives avec la Russie », a-t-il ajouté.

Entre-temps, les membres de l’Otan ont adopté des plans nationaux sur l’augmentation des dépenses militaires pour atteindre 2 % du produit intérieur brut (PIB). La première évaluation de la réalisation de ces plans est prévue pour une réunion au niveau des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance au mois de décembre.

À la question de savoir si la hausse du budget militaire des pays membres de l’Alliance mènerait à une nouvelle course aux armements, M. Stoltenberg a affirmé que « ce que fait l’Otan sont des démarches pondérées, ont un caractère défensif et sont une réponse proportionnelle aux actions de la Russie », sans pour autant préciser de quelles actions il s’agissait.

Moscou a de son côté exprimé ses préoccupations face à l’augmentation des budgets militaire À, selon le représentant permanent de la Russie auprès de l’Otan Alexandre Groushko.

En outre, le secrétaire général a annoncé, lors d’une conférence de presse à Bruxelles, que l’Alliance atlantique avait décidé d’élargir son soutien à la coalition internationale anti-Daech dirigée par les États-Unis. Pourtant, ses efforts ne prévoient pas une implication directe dans les combats.