Les États-Unis planifient des frappes contre Damas

Selon un haut responsable du ministère russe des Affaires étrangères, « une attaque chimique contre la banlieue de Damas dans les semaines voire les jours à venir n’est pas du tout à écarter ». Il pourrait s’agir « d’une attaque sous fausse bannière propre à justifier une agression militaire contre la capitale syrienne, Damas ». 

Selon Mikhaïl Oulianov, responsable du département pour le contrôle des armements et contre la prolifération nucléaire au sein du ministère russe des Affaires étrangères, Moscou s’attend à ce que les groupes terroristes commettent dans les semaines voire les jours à venir une attaque chimique dans la périphérie de Damas. Interviewé par l’agence russe ITAR-TASS, le responsable russe s’est montré critique vis-à-vis des grandes puissances, qui ont rejeté les appels répétés de la Russie et de l’Iran pour l’ouverture d’une enquête internationale après l’attaque chimique contre Khan Cheikhoun.

Lire Aussi:  Israël meurt d'envie de la guerre, mais ses adversaires la lui refusent

« La plus grande menace qui pèse en ce moment contre la Syrie, ce sont les terroristes qui ne craignent plus d’utiliser les substances chimiques contre les populations. Car aussitôt après, l’Occident pointe du doigt le gouvernement et l’armée syrienne comme étant les principaux coupables », quitte à faire voter une résolution propre à placer la Syrie sous le chapitre 7 de la Charte des Nations unies, qui concerne les actions en cas de menace contre la paix.

Selon Oulianov, la banlieue de la capitale, où des poches terroristes continuent à vivoter, serait le meilleur endroit pour qu’une opération sous faux drapeau ait lieu : « On connaît désormais bien ce genre de scénario. Après l’attaque chimique contre Khan Cheikhoun, l’Occident a accusé le gouvernement syrien sans se donner la peine de mener une enquête au préalable. Cela lui a fourni l’alibi nécessaire pour redoubler de pression sur l’armée syrienne. »

Lire Aussi:  70 milliards de dollars pour renverser Vladimir Poutine

Oulianov voit ce scénario se solder par « des frappes de la coalition US contre la capitale syrienne, Damas ».

Le célèbre journaliste d’investigation US Robert Parry a publié un récent article sur le site Conservative News dans lequel il remet en cause la version présentée par le Conseil de sécurité nationale américain sur l’attaque chimique à Khan Cheikhoun : « C’est un rapport truffé de contradictions qui accuse la Syrie sans avancer la moindre preuve digne de ce nom. Les auteurs du texte sont d’ailleurs incapables d’authentifier le décollage des chasseurs syriens à l’heure de l’attaque de leur base de Shayrat. Le rapport n’indique non plus aucun contact téléphonique, aucun échange enregistré au sein de l’armée syrienne au sujet de Khan Cheikoun. Ce rapport passe sous silence en revanche un épisode fort intéressant. Des informations dont je dispose et qui sont bien plus fiables prouvent en effet qu’à l’heure exacte où l’attaque a eu lieu, un drone avec à son bord du gaz sarin a décollé d’une base en Jordanie pour venir larguer sa charge sur Khan Cheikhoun. Or, ce sont Israël et l’Arabie saoudite qui utilisent constamment cette base. »

Lire Aussi:  Le Soudan du Sud dit à l'ONU être prêt au retour du chef rebelle Machar