Les raisons qui ont poussé l’aviation russe «d’encercle» le Japon

Les intérêts japonais

Tokyo a beaucoup apprécié la position sans compromis de l’Amérique vis-à-vis de la Corée du Nord, y compris l’éventualité d’une frappe de missiles.

Le Japon surveille attentivement les programmes militaires de la Corée du Nord, les lancements de missiles et les essais nucléaires.

Le premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré jeudi devant le parlement que la Corée du Nord était capable d’installer des ogives de missile contenant du sarin. Le « renforcement » d’ogives nucléaires avec du sarin paraît insensé — mais fait immédiatement penser à l’analogue syrien.

Plus tôt, le secrétaire général du cabinet Yoshihide Suga avait noté: « Il est important de renforcer la force de dissuasion et de réaction de l’alliance américano-japonaise et de promouvoir la coopération entre les deux pays ». Le chef du Pentagone James Mattis est du même avis.

Après l’essai raté du missile nord-coréen le 5 avril, les États-Unis ont envoyé un groupe aéronaval dans la région de la péninsule de Corée. Le Conseil de sécurité nationale des USA a remis au président Trump des propositions concernant les éventuelles réactions à la menace nucléaire émanant de Pyongyang, qui incluent le déploiement de l’arme nucléaire en Corée du Sud et l’élimination physique du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Il est probable que Tokyo soutienne toutes ces démarches.

Le Japon et les USA ont organisé plusieurs exercices conjoints près de l’île de Hokkaido, qui en général coïncidaient avec le déroulement des manœuvres navales conjointes de la Russie et de la Chine « Coopération navale » en mer du Japon ( les régions de déroulement des exercices se trouvent à 300 km l’une de l’autre ). L’observation réciproque est l’une des priorités de la préparation militaire, pour laquelle on dépense beaucoup d’argent — et pas par amour pour l’art de guerre.

Les intérêts économiques des USA exigent de maintenir et d’accroître l’influence politique américaine et la présence militaire dans la région.

Tokyo, pour sa part, compte réciproquement sur le soutien de Washington dans son litige territorial avec la Chine concernant les îles Senkaku ( appellation japonaise ) — Diaoyu ( appellation chinoise ) en mer de Chine orientale où a été établi un contrôle administratif japonais. Dans le même temps, le Japon s’oppose à la construction par la Chine d’îles artificielles et de renforts dans les eaux contestées en mer de Chine méridionale. Les intérêts de Washington et de Tokyo sont donc proches.

Aller sur la 4’eme page ci-dessous pour lire la suite …