Les raisons qui ont poussé l’aviation russe «d’encercle» le Japon

La décision américaine

Mercredi 12 avril, pendant sa conférence de presse avec le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, le président américain Donald Trump a déclaré: « Nous avons affaire à un très grand problème en la personne de la Corée du Nord… Je pense que la Chine s’efforcera de le régler, ce qu’elle a déjà commencé à faire: de nombreux navires avec du charbon ont déjà fait demi-tour aussi bien hier qu’aujourd’hui. Des navires transportant du charbon de Corée du Nord vers la Chine ».

Plus tôt, Trump avait qualifié la Corée du Nord de « menace la plus directe » pour les USA. Et si la Chine refuse de coopérer pour le règlement pacifique du problème nucléaire de la Corée du Nord, le président américain a l’intention de « régler le problème » lui-même. Il a souligné que cette autonomie impliquerait tout de même une coopération avec d’autres pays. Probablement dépendants et plus conciliants.

Par ailleurs, les autorités nord-coréennes pourraient procéder à un nouvel essai nucléaire le 15 avril. Il est évident que Pyongyang ne déposera pas l’arme nucléaire dans le contexte d’une guerre inachevée et d’une longue trêve — la campagne coréenne de 1950-1953 est, dans les faits, seulement suspendue. Les États-Unis maintiennent en Corée du Sud plus de 28 000 militaires, y projettent périodiquement des armements stratégiques pour organiser des exercices et refusent de conclure un traité de paix avec la Corée du Nord.

De son côté, Pyongyang rejette les exigences de la communauté internationale de cesser les essais nucléaires, se référant à « la menace émanant des USA ». Depuis 2006, la Corée du Nord a organisé cinq essais nucléaires et une série de lancement de missiles, y compris à partir de sous-marins.

La coopération de Washington et de Pékin sur le problème nucléaire nord-coréen n’est pas vouée au succès. La Chine est probablement incapable d’affamer son voisin, même pour le dénucléariser. L’armée américaine se prépare à affronter les armements russes et chinois. Et le Japon reste le principal allié régional des USA.

Dans cette configuration, une frappe de la marine américaine contre des sites militaires nord-coréens en coopération avec la marine japonaise est une probabilité. Un tel scénario coïncide avec la ligne stratégique de la nouvelle administration américaine dans la région Asie-Pacifique.

Aller sur la 3’eme page ci-dessous pour lire la suite …