Le président gambien Jammeh annonce qu’il ne quittera pas le pouvoir

Le président gambien Yahya Jammeh, qui rejette sa défaite électorale au scrutin présidentiel du 1er décembre, a annoncé mardi soir qu’il ne quitterait pas le pouvoir au terme de son mandat, le 18 janvier prochain.

Jammeh, qui s’exprimait à la télévision publique, a également condamné la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), qui a annoncé ce week-end qu’elle prendrait toutes les mesures nécessaires pour que le résultat de la présidentielle soit respecté.

« Je ne suis pas un lâche. On ne peut pas intimider ou violer mes droits. Telle est ma position. Nul ne peut me priver de la victoire à l’exception d’Allah le Tout-Puissant », a-t-il dit.

Quant à la médiation de la Cédéao, il a affirmé qu’elle n’était pas équitable. « Avant même de venir, ils avaient déjà déclaré que Jammeh devait partir. Je ne partirai pas », a-t-il ajouté.

D’après la commission électorale, l’opposant Adama Barrow l’a emporté avec 43,3% des voix, soit moins de 20.000 voix d’avance sur le président sortant (l’élection présidentielle en Gambie est un scrutin majoritaire à un tour).

Après avoir reconnu dans un premier temps sa défaite, Yahya Jammeh, au pouvoir depuis 22 ans, a annoncé le 9 décembre qu’il avait changé d’avis et réclame la tenue d’un nouveau scrutin.

Avec Reuters