Comment Sarkozy a armé Boko Haram

Pas de levée d’embargo sur les armes

Au moment de sa chute, plus de deux milliards d’euros de contrats étaient en discussion, portant sur la vente d’hélicoptères, d’un système de radars de surveillance aérienne, de chars de combat T-72, de vedettes… La plupart de ces armes ont été détruites par les bombardements franco-anglais de 2011, mais aucune troupe au sol ayant été déployée, on est loin d’avoir la certitude que quelques unes de ces armes, notamment les missiles Milan, ne soient pas tombés entre des mains islamistes.

Aujourd’hui, la Libye est plongée dans un effroyable chaos, avec d’un côté le gouvernement du Premier ministre Abdallah al Thinni, seul reconnu par la communauté internationale, et de l’autre un invraisemblable fatras de milices claniques de diverses obédiences, et des groupes liés à l’Etat Islamique qui étend son emprise sur le pays.

Lire Aussi:  Les troupes camerounaises confondent djihadistes et civils. Elles tuent au moins 70 innocents

Ce gouvernement réclame à l’ONU la levée de l’embargo sur les armes, et la livraison de 150 chars, d’une vingtaine d’avions de chasse, de sept hélicoptères d’attaque, de dizaines de milliers de fusils d’assaut et de lance-roquettes et de millions de munitions en provenance d’Ukraine, de Serbie et de République tchèque.

Le 9 mars, le Conseil de sécurité des Nations Unies, à l’initiative de la France, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, a mis en suspens sa réponse à cette demande formulée pour lutter contre le groupe Etat islamique.

Il n’est pas exclu, que ces grandes puissances, instruites par l’expérience syrienne où les armes promises aux rebelles dits modérés sont tombées aux mains des djihadistes de l’EI, y réfléchissent désormais à deux fois avant de livrer des armes dans un pays qui compte au moins un million d’armes légères sans compter d’autres joyeusetés comme des missiles sol-air ou des entrepôts d’armes chimiques.

Lire Aussi:  Une kamikaze de Boko Haram repérée grâce à sa coiffure au Nigeria.

Et cela, aux frontières immédiates de l’Europe. On espère que Nicolas Sarkozy, qui piaffe d’impatience de revenir aux affaires, saura proposer des solutions pour sortir de ce bourbier libyen.

Philippe Duval

Source :  Cameroonvoice.com